• Dr Julien Drouart

Île aux Paons : vers le château romantique

Dernière mise à jour : 25 juil.


L'Île aux paons est l'endroit idéal pour rencontrer... des paons !
Un oasis naturelle dans un cadre romantique.

L'Île aux Paons et son château romantique sont des curiosités à découvrir lors d'une sortie dominicale. En raison de son charme désuet et des paons en liberté dans les parcs, cette excursion est à mettre en avant.

Une visite de l'Île aux Paons et son château est facultative. C'est aussi un coup de cœur personnel.

Les rois de l’ancienne Prusse ont toujours été amateurs de retraites champêtres, loin de l’effervescence citadine. Les ensembles architecturaux qu’ils firent bâtir à cette occasion avaient un usage personnel. Ils ne devaient pas servir à l’exercice du pouvoir. Au contact de la nature, des lacs et des forêts, les lieux étaient propices aux promenades de plaisance, à la chasse, bref au farniente et à la tranquillité.


Ces villégiatures prirent la forme de châteaux personnels dont l’usage se limitait au règne du prince bâtisseur. Son successeur faisait ensuite construire son édifice propre. Ce renouvellement permanent permit l’enrichissement et la multiplication des lieux princiers. C’est notamment le cas du château de l’Île aux Paons, au sud-ouest de Berlin.


A la fin du 18e siècle, le roi Frédéric-Guillaume II commanda un ensemble architectural afin d’y séjourner avec sa maîtresse. Les codes du romantisme furent privilégiés. Le château de plaisance, entièrement blanc, prend la délicieuse forme d’une ruine romaine bucolique. A la mort de son père, le nouveau roi Frédéric-Guillaume III en y fit sa résidence d’été. Son épouse Louise entreprit l’aménagement des espaces naturels de l’île en jardins paysagers. Des dépendances furent bâties, notamment une palmeraie et une ménagerie pour animaux exotiques. Cette initiative devait conduire à la création d’un parc zoologique quelques années plus tard.


Un temps utilisé pour les réceptions mondaines des dirigeants national-socialistes, l'Île aux Paons est depuis 1924 une réserve naturelle protégée et administrée par la Fondation pour châteaux et jardins prussiens de Berlin-Brandebourg.

Un voyage aux confins de l'idyllique prussien

L’Île aux Paons est accessible par voie fluviale, moyennant une somme qui compensera partiellement les frais d’entretien du parc. La traversée ne dure que quelques secondes. Ce fonctionnement permet de réguler le nombre des visiteurs et garantir ainsi la quiétude des lieux. Une sérénité malheureusement troublée pendant le week-end par le bruit des moteurs des trop nombreux hors-bords.


L’île est en grande partie constituée de forêts et de larges prairies, propices au développement d’une flore et d’une faune d’exception. Les rivages sont généralement couverts de roselières. Les sentiers sont très bien balisés. On aura fait le tour de l’île en l’espace de 90 minutes à peine.


Sur son chemin, le visiteur peut voir des paons en liberté. Les espaces sauvages sont complétés par les jardins aménagés au 19e siècle par le paysagiste Peter Joseph Lenné. Les perspectives claires donnent à l'ensemble un sentiment d’équilibre et d’harmonie. En outre, elles offrent de remarquables plongées sur le bâti historique.


Pièce maîtresse des lieux, le château ne peut être visité qu’en compagnie des guides-conférenciers lors des tours réguliers d’une durée de 30 minutes. L’étroitesse relative des salles au style néo-classique renforce l'impression d’intimité et de proximité, rappelant l’usage très personnel qu’en avaient les rois de Prusse.

Un patrimoine culturel et naturel

Pour les Berlinois d’aujourd’hui, une excursion sur l’Île aux Paons est toujours considérée comme un instant récréatif des plus reposants. C’était déjà le cas au 19e siècle lorsque l’île fut ouverte au grand public. La sortie dominicale sur cette petite île teintée d’exotisme et de romantisme était très prisée. Ce succès populaire se fit au grand dam du roi qui par conséquent perdait la tranquillité à laquelle il tenait tant. L'affluence était telle que le prince prit le parti en 1842 de se séparer de sa ménagerie faite de reptiles, de mammifères inconnus et d’oiseaux colorés. Il en fit alors don au futur parc zoologique qui ouvrirait deux ans plus tard. Au moins avait-il endigué le flux de visiteurs trop plus intrusifs.


En sa qualité de réserve, l’île est devenue un havre de paix. Le visiteur communie avec la nature dans un cadre romantique où le temps s’est arrêté. L’île est énigmatique et sa visite s’inscrit dans un cheminement personnel. Il n’y a en effet pas d’attractions. C'est d’autant plus vrai que le château a fermé ses portes au public pour cause de rénovations et ce jusqu’en 2024. Par conséquent, un passage sur l’île doit prendre la forme d’une excursion champêtre et bucolique, lors d’une après-midi ensoleillée, ainsi que le concevaient les anciens rois de Prusse.

Atouts

  • L’occasion d’une magnifique excursion en famille ou en couple

  • Un sentiment complet d’évasion

  • L’association saisissante entre patrimoine culturel et nature préservée

Limites

  • Des travaux de rénovation à rallonge et l’absence d’alternative patrimoniale

  • Des prix généralement très élevés sur place (à l’exception de la visite guidée du château)

  • Le vacarme des plaisanciers sur les navires

Pour aller plus loin

  • Sous la plume du romancier allemand Thomas Hettche, l'Île aux paons devient le cadre fantastique et mystérieux du drame historique.

  • Le site en français de la Fondation des châteaux et jardins prussiens de Berlin et du Brandebourg.

  • Un article rappelant le rôle décisif des rois de Prusse dans la création du parc zoologique à Berlin.


73 vues0 commentaire