• Dr Julien Drouart

Musée de la Céramique : un modèle d'initiative citoyenne

Dernière mise à jour : 8 janv.


Le musée la Cérémique est un modèle d'initiative locale.
Une ancienne bâtisse devenu musée.

Le Musée de la Céramique est avant tout une aventure sociale et citoyenne : la volonté de préserver le patrimoine et de se retrouver dans l'intimité.


Une visite au Musée de la Céramique est facultative. C'est aussi un coup de cœur personnel.


Située dans le quartier de Charlottenbourg, une très ancienne maison abrite le musée de la Céramique. Habituellement, l’architecture d’un lieu d’exposition se met au service de la muséographie. Le rapport est désormais inversé et les collections habitent le bâtiment pour mieux le valoriser. Cette bâtisse est en effet d’importance car elle est l’un des derniers témoins du vieux Charlottenbourg. C'est revenir à une époque où le Grand-Berlin d'aujourd’hui n’existait pas encore.


La ville de Charlottenbourg était d’abord lieu de villégiature pour une partie de l’aristocratie prussienne à la recherche de tranquillité et de détente. Elle prospéra rapidement pour devenir un centre économique et démographique majeur, le second du Brandebourg après Berlin. Pour contrer cette influence, les initiatives pour la création d’une province unifiée autour de Berlin se multiplièrent. Cependant, elles rencontrèrent constamment l’hostilité des élites locales.


Finalement, le projet d’un Berlin mégalopole se réalise au sortir de la Première Guerre Mondiale. La capitale annexe 7 villes et près de 60 communes environnantes. L’ironie est délicieuse. En effet, ce n’est plus Berlin qui souhaite agglomérer ses opulentes voisines mais la banlieue qui veut contrecarrer l’influence marxiste qui y est alors menaçante. Édifiée en 1712 et passée au patrimoine en 1983, la maison de la Schustehrusstrasse fait revivre l’ancien Charlottenbourg. C’est au Musée de la Céramique qu’incombe la tâche de le préserver.


Un espace muséal décevant mais…


Le musée est très accueillant et on y entre comme dans une maison. L’ensemble a été grandement rénové. De jolies couleurs pastelles jouxtent des espaces plus modernes, propres à l’exposition des collections de céramiques fines, de majoliques type andalou et italien. Quelques pièces orientales et d'autres en raku ajoutent un certain cachet aux lieux. Les œuvres en porcelaine côtoient celles en grès dans une muséographie aérée et plaisante dans son cheminement.


Cependant, si ce n’est auprès du personnel d’accueil du musée, le visiteur n’aura accès à pratiquement aucune information. Pas grand chose à propos des œuvres en tant que telles, des artistes ou même des différentes techniques portant sur la cuisson ou les pièces émaillées. L’histoire de la céramique n’est tout simplement pas abordée. D’ailleurs, les collections sont avant tout contemporaines.


En outre, l’absence d’interaction pédagogique, le petit nombre de pièces présentées et la taille finalement très réduite de l’ensemble laisseront au visiteur profane un sentiment de vide. L'ensemble ressemble ainsi moins à un musée qu'à une galerie. Rappelons pour nuancer que les expositions temporaires sont fréquemment renouvelées et très diversifiées.


C’est au sortir d’une dépendance servant de lieu d’exposition, que le visiteur se laissera éventuellement surprendre et charmer. Une intrigante cour intérieure du musée fait régner un romantisme désuet.


Une initiative à encourager et à soutenir


Dans l’absolu, l’espace muséal est assez restreint et les collections malheureusement trop réduites. On en aura très vite fait le tour. C'est d’autant plus vrai que la céramique est présentée dans sa forme la plus profonde, à savoir l’art moderne.


Néanmoins, un bon musée n’est pas nécessairement exhaustif ni superlatif. Ce musée occupe une bâtisse un temps menacée de destruction et préservée à la suite d’une mobilisation citoyenne. Sa pérennité a été assurée par les membres d’une association de soutien qui se chargent non seulement de l’accueil et de l’accompagnement du visiteur. Ils sont également responsables de l’acquisition de nouvelles pièces. Le personnel bénévole du Musée de la Céramique est donc extrêmement compétent car guidé par sa seule passion pour la céramique d’art. Son dévouement pour faire vivre une initiative citoyenne est exemplaire.


Le fait que la plupart des acquisitions du musée soient des legs testamentaires d’anciens membres pose la question du souvenir et celle de la continuité. Mieux encore, cet espace muséal préserve et valorise un patrimoine architectural à taille humaine. La démarche est louable et s’inscrit dans une logique locale et participative.


Atouts

  • Un musée pour la sauvegarde du patrimoine architectural

  • Un accueil chaleureux et un personnel très compétent

  • Une intimité dont on profitera une après-midi ensoleillée

Limites

  • Des collections réduites

  • Peu d’informations

  • Des horaires d’ouverture improbables et un prix relativement élevé

Pour aller plus loin

63 vues0 commentaire