• Dr Julien Drouart

Neues Museum : à la rencontre de Néfertiti

Dernière mise à jour : 15 juil.


Le Neues Museum est une merveille architecturale.
Les perspectives sont renversantes

Le Neues Museum est le musée d’État regroupant les collections égyptiennes de la ville. Doté d'une architecture magnifique, le lieu possède également certaines pièces remarquables.

Le Neues Museum mérite votre attention.

S'articulant autour d'ambitions nouvelles d'une capitale en devenir, le Musée égyptien de Berlin voit son histoire suivre curieusement celle de l'identité nationale depuis la Confédération germanique jusqu'à la Réunification. D'abord exposées au Château de Monbijou, les collections égyptiennes sont relocalisées vers la moitié du XVIIIe siècle dans le Nouveau Musée (Neues Museum) sur l'Île aux Musées.


Les œuvres proviennent dans un premier temps du mécénat et du Sultanat d’Égypte. Des expéditions archéologiques permettent ultérieurement l'acquisition de nombreuses reliques. En 1913, le Musée égyptien obtient sa pièce maîtresse : le buste de Néfertiti. Ce trésor antique absolument extraordinaire devait désormais rester en Allemagne. Évacué dans une zone de sécurité, il sera épargné pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour sa part, le Neues Museum fut sévèrement touché lors des bombardements alliés sur la ville.


Conséquence de la division allemande, le buste de Néfertiti sera exposé dans un nouveau musée cette fois-ci à Berlin-Ouest, à Charlottenbourg. Il faudra attendre les années de la Réunification et la restauration du Neues Museum pour voir les collections égyptiennes revenir en 2009 sur l'Île aux Musées. Le Neues Museum est aujourd'hui l'un des musées nationaux les plus visités en Allemagne.

Ceci n'est pas un musée d'égyptologie

La restauration du bâtiment sous la direction du britannique David Chipperfield est en tout point grandiose et majestueuse. La prouesse architecturale est remarquable. Les éléments d'origine portant encore les stigmates de la guerre sont parfaitement mis en valeur par un impressionnant design intérieur. Certaines pièces renversent les perspectives jouant sur les espaces tantôt colossaux tantôt intimistes. Le nouveau et l'ancien ainsi associés rendent l'immersion totale.


Cette incroyable impression reste constante mais elle exacerbe peut-être les différents problèmes liés à une muséographie parfois inconstante sinon antagonique. D'abord, les collections égyptiennes partagent l'espace des quatre étages du Musée avec celles consacrées à la Préhistoire et la Protohistoire. Ici, on parle des résultats des fouilles archéologiques à Berlin et, plus loin, d'éléments antiques ou médiévaux. Tout comme le Musée égyptien, d'autres musées ont vu leurs collections relocalisées vers l'Île aux Musées et le Neues Museum.


Au final, il règne le sentiment d'un assemblage peu cohérent. Jamais les collections égyptiennes n'occupent un étage entier. Au contraire, elles sont inégalement réparties sur chacun des quatre étages. C'est décevant. Ensuite, ces collections égyptiennes manquent d'un fil chronologique clair. Il n'est pas rare de trouver dans une même salle des artefacts de siècles et de millénaires différents. Le manque d'exhaustivité des tableaux informatifs fait de la visite une expérience essentiellement contemplative.

Le buste de Néfertiti vaut à lui-seul le déplacement

Clairement, l'excellence des lieux restaurés contraste avec une muséographie finalement déstructurée. Les collections égyptiennes sont inégales tant d'un point de vue qualitatif que quantitatif et sont diversement mises en valeur. Elles demeurent néanmoins l'intérêt premier du musée. Le Neues Museum n'est pas un centre de documentation sur l’Égypte antique mais un lieu d'exposition. Au regard de certains artefacts absolument grandioses, une visite peut se contenter du contemplatif sans pour autant enlever au musée sa dimension pédagogique.


En dépit des critiques et controverses portant sur la restauration du bâtiment, sur l'authenticité de certains éléments ou sur une muséographie possiblement déconcertante, voir le buste de Néfertiti est une expérience merveilleuse et unique. Bien entendu, un musée peut difficilement être réduit à sa seule pièce maîtresse et pourtant c'est bien le cas ici. L’énigmatique sourire de la reine d’Égypte interpelle le visiteur dans un grand moment de volupté. Néfertiti l’Égyptienne devenue Berlinoise ?


Aussi, en choisissant bien son horaire de passage pour éviter la cohue les jours de fête et le week-end, on ne manquera pas d'aller à la rencontre de Néfertiti, seul ou accompagné. Malgré le regard inquisiteur des gardiens du musée, que ce soit pour 30 minutes ou pour trois heures, l'expérience est à vivre. A noter que l'entrée est offerte aux mineurs et que les adultes peuvent bénéficier d'un ticket journalier très avantageux permettant de visiter l'ensemble des musées nationaux dans le cadre de ce qui s’apparentera alors à une inoubliable balade culturelle.


Atouts

  • Un bâtiment magnifiquement restauré

  • Le buste de Néfertiti

  • Une collection égyptienne remarquable en sous-sol

Limites

  • L'absence d'un fil chronologique

  • Un audio-guide peu satisfaisant et incertain

  • L'impression d'un musée fourre-tout

Pour aller plus loin


166 vues0 commentaire