• Dr Julien Drouart

Monument pour Ernst Thälmann : un vestige de la RDA

Dernière mise à jour : 8 janv.


Le mémorial à Ernst Thaelmann est aux portes du Berlin gentrifié.
Propagande et/ou patrimoine ?

Le Monument pour Ernst Thälmann est l'hommage rendu par l'ancienne RDA à l'un des membres dirigeants du Parti communiste d'Allemagne. Délaissé et controversé, son avenir reste plus qu'incertain.


Une visite au Monument pour Ernst Thälmann est facultative.


Quelque 25 années sont passées depuis les événements de juin 1953. L'Allemagne de l'Est entame une nouvelle crise, cette fois-ci moins brutale mais plus persistante. La libéralisation de la société des années 1960 et 1970 avait été portée par une génération qui n'avait pas connu l'époque des grands combats d'opposition, ni même la guerre. Ces enfants de la RDA remettaient en cause les raisons d'être du régime.


Un retour aux sources s'imposait. L'aggravation du contexte géopolitique mondial encourageait les tentatives de raviver le flambeau du socialisme. Pour les dirigeants est-allemands, l’objectif était aussi de rappeler que l'Allemagne de l'Est avait une histoire et un avenir qui lui étaient propres. En tout cas, le pays affirmait son droit à l'existence face au voisin et géant économique ouest-allemand.


L'idée de consacrer un monument à la mémoire de Ernst Thälmann s'imposa rapidement. Cet ancien dirigeant du Parti communiste d'Allemagne avait été assassiné en camp de concentration pendant la guerre. Au début des années 1980, l'artiste soviétique Lev Kerbel est ainsi chargé de l'édification d'un ensemble rendant hommage au martyr prolétarien et glorifiant le régime.


Un patrimoine malheureusement délaissé


Suivant une large avenue se distingue soudainement un gigantesque parterre dans le renfoncement duquel trône l'imposant édifice. Le monument représente le haut du corps du héros-martyr. Celui-ci reproduit la geste de l'époque à savoir le poing dressé. La symbolique est soutenue par la hampe de l'oriflamme que l'on imagine rouge. 'Front rouge' pour marquer le granit sous la statue de bronze.


De grands lampadaires endommagés surplombent le monument qui ne semble peu ou pas entretenu. Pourtant, la configuration des lieux laisse facilement entrevoir le faste des cérémonies d'antan. Désormais, le site est partiellement laissé à l'abandon et le monument est en partie couvert de graffitis et autres tags. Aucun encart informatif, aucune donnée historique visible.


Une vue plus large fait surgir ici et là les immenses tours en préfabriqué, toutes datant de l'époque est-allemande. L'ensemble paraît alors irréel, symbole d'une Réunification en deux temps et d'un passé qui ne passe pas.


Un ensemble idéologique désormais identitaire


Voir le site s'impose à tous ceux qui souhaiteraient s'imprégner de l'architecture héroïque et monumentale des anciennes démocraties populaires. Mais il s'agit également d'un indicateur du passage à l'oubli de l'héritage est-allemand dans la nouvelle Allemagne. Bien que classé depuis 2014, le monument dépérit. Un projet d'assainissement est prévu pour 2020 mais la question reste avant tout hautement politique.


C'est un voyage dans un quartier populaire situé à l'orée des beaux ensembles urbains gentrifiés. Le temps passé est sans doute dépassé. Le Monument pour Ernst Thälmann rappelle une époque peut-être révolue mais il est devenu un symbole identitaire contre la nouvelle donne économique et sociale. Berlin est de moins en moins accessible aux milieux populaires. Évidemment, aucune visite ne saurait s'imposer aux autres, en raison de la désuétude des lieux et de l'hostilité éventuelle des résidents de toujours.


Atouts

  • Un des rares ensembles commémoratifs communistes encore visible à Berlin

  • Un monument plus impressionnant pour le symbole que pour sa qualité intrinsèque

Limites

  • Un ensemble quelque peu perdu dans la ville

  • Une certaine hostilité à l'encontre des visiteurs étrangers

Pour aller plus loin

99 vues0 commentaire