• Dr Julien Drouart

Mémorial aux homosexuels persécutés : pour une actualisation de l'histoire

Dernière mise à jour : 7 janv.


Le mémorial aux Homosexuels persécutés fait preuve d'une sensibilité à toute épreuve.
Malgré l'oppression, la liberté de s'aimer

Le Mémorial aux homosexuels persécutés rend hommage à ceux et celles qui furent ostracisés par le régime hitlérien. D'une sensibilité à toute épreuve, l'ensemble mémoriel compte parmi les belles surprises du travail de mémoire. Accompagnez-moi lors de la visite guidée Les Classiques à Mitte !


Une visite au Mémorial aux homosexuels persécutés est facultative. C'est aussi un coup de cœur personnel.


En 2008, est inauguré à Berlin un monument à la mémoire de ceux et celles qui avaient été persécutés par le régime national-socialiste du fait de leur orientation sexuelle. L'édification du remarquable Mémorial aux Juifs assassinés d'Europe rendait hommage aux victimes de la Shoah. Il a conduit d'autres communautés à demander le droit d'avoir leur propre lieu du souvenir.


Il est impossible de comparer d'un point de vue quantitatif les victimes des politiques anti-homosexuelles et celles des politiques antijuives à l'époque. En revanche, la douleur humaine n'est pas quantifiable. Autrement dit, la concurrence des mémoires n'a pas lieu d'être. Au contraire, les deux mémoriaux et ceux qui verront le jour à leur suite sont davantage complémentaires qu'antagoniques. Chacun lutte contre le déni historique et adopte une orientation contemporaine bien distincte.


Une découverte presque fortuite


Dissimulée et volontairement discrète, une stèle oblique se dresse à l'orée du parc Tiergarten. En l'absence d'un intitulé, une lucarne permet de regarder à l'intérieur la projection d'un court montage vidéo. On y voit deux personnes de même sexe qui s'embrassent. Derrière le couple s'enlaçant, un panorama d'images présente la lutte pour l'égalité des droits à différentes époques. Cela signifie que la discrimination ne se limite pas uniquement à la période du national-socialisme. Ce qui semblerait n'être qu'un détail fait apparaître que la question de l'homophobie est ici actualisée. On rappelle au visiteur les résonances historiques. Simplement, la forme artistique du Mémorial aux homosexuels persécutés s'adapte aux enjeux contemporains.


Aussi, amener le visiteur à scruter l'intimité de deux personnes qui se cachaient des regards possiblement réprobateurs dérange et surprend. L'absence au moins visible d'informations est donc un choix pédagogique. On souligne qu'hier comme aujourd'hui, des personnes sont contraintes de se cacher pour vivre leur amour.


Plus à l'écart, se trouve une plaque commémorative et explicative. On comprend la distance qui s'intègre à la mise en scène. Toutefois, on regrette son style aseptisé rendant l'ensemble illisible et donc inintelligible.


Un mémorial parmi les plus extraordinaires qu'il soit


Le Mémorial aux homosexuels persécutés cultive une sensibilité remarquable et pose le promeneur dans une situation inconfortable. La discrétion qui y est observée est un choix et le message politique est évident.


Il faut pourtant se méfier des a priori que malheureusement l'absence d'explications renforce et consolide. Interpréter le fait historique peut s'avérer bancal quand la forme l'emporte sur le fond ; ce qui est d'ailleurs le propre d'un mémorial. En d'autres termes, il est nécessaire de repenser ses propres représentations et faire preuve de patience. Le mémorial est à n'en point douter un ensemble absolument remarquable. S'y rendre n'est pas une obligation et relève d'une démarche personnelle.


Atouts

  • L'adaptation osée et réussie des questions historiques aux enjeux contemporains

  • Une discrétion digne et respectueuse

  • L'effet lumineux presque fantastique peu avant la pénombre

Limites

  • Un concept louable mais difficilement accessible pour le néophyte

  • Les fréquents problèmes techniques plongeant le visiteur dans l'ignorance

  • La condensation à l'intérieur de la stèle compliquant le visionnage de la vidéo

Pour aller plus loin

107 vues0 commentaire