• Dr Julien Drouart

Mémorial de la Résistance allemande : l'exhaustivité pour la reconnaissance

Dernière mise à jour : 23 juil.


La résistance est d'abord un acte individuel.

Le Mémorial de la Résistance allemande se situe dans l'ancien centre névralgique des Armées allemandes à Berlin. Il évoque de manière très studieuse les formes de l'opposition au national-socialisme à l'époque de l'Allemagne hitlérienne.

Une visite du Mémorial de la Résistance allemande est facultative.

Après la Seconde Guerre Mondiale, l'Allemagne est rendue responsable d'un des plus grands crimes de l'Histoire. Le national-socialisme était arrivé au pouvoir sans coup férir, légitimé par un système démocratique défaillant sinon complice. Dans sa grande majorité, la population a soutenu le régime ou s'en est accommodé. En mai 1945, il est difficile de trouver des figures honorables qui pourraient incarner la reconstruction. L'administration militaire alliée s'en remit aux opposants de la première heure et aux exilés. Citons en exemples Konrad Schumann et Willy Brandt, deux futurs Chanceliers de l'Allemagne de l'Ouest.


Avec la fondation de la RFA, la démocratie allemande avait également besoin de figures emblématiques ancrées dans la résistance. La reconnaissance de ces héros servait à établir une continuité historique avec une autre Allemagne plus respectable : l'héritage de ceux qui ont dit non. Dès 1952, un premier mémorial voit le jour au Bendlerblock dans les anciens quartiers généraux de l'Armée de réserve. L'endroit est hautement symbolique car c'est en ces lieux que se déroula la conspiration de juillet 1944. Cette dernière, si elle avait réussi, devait renverser le pouvoir nazi, mettre fin à la guerre et instaurer un régime démocratique. Aujourd'hui, le Mémorial de la Résistance allemande compte parmi les plus importants à Berlin.

Lorsque l'exhaustivité rend l'information moins intelligible

L'accès au mémorial se fait par une cour intérieure du bâtiment principal. La statue d'un homme debout et nu interpelle le visiteur. Résister est une lutte contre les forces contraires mais aussi contre soi-même. Cette première impression prend tout son sens, sachant que c'est dans cette même cour que furent passés par les armes les conspirateurs de juillet 1944. L'architecture est lourde, les lieux sont austères.


Une partie du bâtiment accueille sur un étage complet les expositions permanentes du mémorial. Modernes et au design épuré, près de 18 salles thématiques abordent les multiples facettes de la Résistance allemande qui s'avère être bien plus disparate et multiple qu'on pourrait le penser. Les grandes figures nationales sont présentes : la fratrie Scholl et la Rose blanche à Munich, l'attentat manqué contre Adolf Hitler par Georg Elser, et bien entendu la conspiration de juillet 1944 avec comme personnage central Claus von Stauffenberg. Les salles d'exposition suivantes s'attachent aux organisations et aux personnes qui à un moment donné et selon des considérations propres ont refusé le régime hitlérien. Ce n'est donc pas la mémoire des seuls membres des organisations politiques qui est ici honorée : la plupart des cas évoqués concernent des individus ordinaires et inconnus qui ont agi de manière isolée.


Par conséquent, les expositions font la part belle à l'élément biographique, multipliant les noms, les visages et les histoires individuelles. Chaque salle thématique est une mine d'informations, à la fois écrites et iconographiques. Ce faisant, l'ensemble devient difficilement intelligible ou, en tout cas, nécessite de maîtriser la chronologie et de conserver une attention soutenue.

Le Mémorial de la Résistance allemande est d'abord un centre de documentation

Le Mémorial de la Résistance allemande présente avec détails le large spectre des forces résistantes au national-socialisme. L'enjeu est pluriel. D'abord, il s'agit d'une reconnaissance officielle du fait de résistance. Les organisations politiques ne sont plus les seules à être reconnues comme résistantes : des personnes isolées ont pu agir individuellement et il est juste de leur donner la reconnaissance, en dépit du fait que leurs actions puissent paraître futiles ou anecdotiques aux yeux des contemporains. D'où l'importance du fait biographique, afin donner un visage et une identité à chacun. Malgré la surcharge, il ne peut pas avoir de raccourcis.


Ensuite, le mémorial valide la raison d'être du régime démocratique actuel en montrant qu'une autre Allemagne existait au temps du national-socialisme. En revanche, il n'y a pas de déni sur les crimes hitlériens, sur la responsabilité générale de l'Allemagne et des Allemands, ni sur le fait que la Résistance allemande était un phénomène extrêmement minoritaire et sans influence réelle.


Ainsi, le mémorial doit davantage être vu comme un centre d'éducation civique et citoyenne. Ce n'est pas uniquement un lieu d'histoire. Il interpelle le visiteur sur la défense des valeurs démocratiques, sur l'engagement citoyen et les responsabilités individuelles. A ce titre, le mémorial est une destination privilégiée pour les groupes scolaires et étudiants.

Atouts

  • L'excellent travail de recherche sur les biographies

  • De très belles photographies

  • L'aménagement des salles permet de conserver une certaine intimité

Limites

  • Le découpage thématique inégal

  • Un traitement différent selon la nature politique des résistances

  • L'isolement relatif du mémorial dans le quartier consulaire


9 vues0 commentaire