• Dr Julien Drouart

Jesse Owens et la légende urbaine

Dernière mise à jour : 8 janv.

Athlète hors norme et personnage historique malgré lui, Jesse Owens est le médaillé le plus prolifique des Jeux de 1936 à Berlin. Adolf Hitler aurait-il refusé de lui serrer la main en raison de sa couleur de peau ? Rien n'est moins sûr.


Les Jeux Olympiques de 1936 vous intéressent-ils ? Réservez une visioconférence sur cette thématique et apprenez à déconstruire les mythes contemporains.


L’athlète prodigue

Jesse Owens était un athlète phénoménal.
Jesse Owens en 1936

Né en 1913, Jesse Owens est issu d’un milieu extrêmement modeste. Sa famille très nombreuse compte 10 frères et sœurs. Proche du rachitisme pendant son enfance, il lutte chaque hiver contre la maladie et le manque.


A l’adolescence, il se découvre une passion pour l’athlétisme et s’entraîne entre les cours et le travail. Ses performances lors des championnats inter-scolaires sont remarquées et il obtient une bourse de d’études. Il entre donc à l’Université d’État de l’Ohio, où il poursuit parallèlement une activité professionnelle pour subvenir à ses besoins.


Athlète hors norme, il fait tomber cinq records du monde lors de la principale compétition universitaire le 25 mai 1935. Ses succès retentissants construisent sa notoriété internationale. A 22 ans, il intègre l'équipe olympique américaine qui doit se rendre à Berlin.


Le triomphe à Berlin

Les Etats-Unis triomphent aux épreuves d'athlétisme.
Equipe américaine au 4x100m

Aux Jeux olympiques d’été de 1936, Jesse Owens triomphe dans les épreuves du saut en longueur, du 200 mètres, du relais 4 x 100 mètres. Surtout, il remporte l’épreuve-reine, le 100 mètres. Les Olympiades qui devaient consacrer la supériorité raciale de l’Allemagne voyaient un Noir triompher. Dans sa colère, Adolf Hitler se serait dérober pour ne pas à avoir à le féliciter.


La légende est belle mais elle a été réécrite a posteriori. Le dirigeant allemand avait refusé de se plier au protocole olympique qui réclamait que soient salués tous les athlètes victorieux, indépendamment de leur nationalité. Par conséquent, il ne félicitait plus aucun participant, qu’il soit allemand ou non. Owens n’a donc pas subi l’ostracisme des dirigeants allemands du fait de sa couleur de peau. Bien au contraire. Il était adulé par le public et la presse. Nombreux étaient les spectateurs à se presser aux portes du village olympique dans l’espoir d’obtenir un autographe de l’étoile des Jeux.


La norme raciste

Le racisme biologique est devenu une science sous le 3e Reich.
Propagande raciste en Allemagne hitlérienne

Comment comprendre l’attitude relativement bienveillante du régime hitlérien et de la société allemande à l’égard de Jesse Owens ? Loin d’être en contradiction avec les concepts ethno-racialistes de l’époque, elle est en réalité la marque d’un racisme dit "positif" validant les différences génétiques entre les "races" et les peuples. Les Hitlériens acceptaient et même revendiquaient ces différences. En mars 1933, moins de deux mois après leur accession au pouvoir, ils mettaient en place un Département de l'Hygiène raciale sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur.


Les concepts ethno-racialistes existaient dans le monde occidental bien avant l'arrivée des Nazis. Mais ces derniers furent les premiers à institutionnaliser la question. Si bien que chercheurs et idéologues du régime s'accordaient afin d'associer politique et (pseudo-) science dans une même dynamique. Aussi, qu’un Noir saute plus loin ou court plus vite qu’un Blanc n’était que la confirmation des inégalités génétiques. Cela ne signifie pas pour autant que les Noirs étaient appréciés en Allemagne hitlérienne. Considérés comme des êtres arriérés, ils étaient voués à demeurer aux échelons inférieurs des sociétés humaines ou à l'étude anthropologique. Owens était reconnu pour ses qualités athlétiques, rien d'autre.


Le retour à la réalité

Jusque dans les années 1960, les Etats-Unis suivaient une stricte séparation raciale dans l'espace public.
Ségrégation raciale aux États-Unis

A son retour aux États-Unis, Owens fut confronté au racisme "négatif", à savoir la société ségrégationniste américaine. En effet, les Noirs n’avaient pratiquement aucun droit civique. Le pays vivait sous le régime "Jim Crow", du nom d'une chanson qui ridiculisait les Noirs et leurs mœurs. Le système instaurait la séparation raciale dans l'espace public.


Owens était devenu une légende du sport mais restait un Noir descendant d’esclaves. C'est donc assez naturellement que le président Roosevelt refusa de le recevoir publiquement à la Maison Blanche. Il ne fallait surtout pas froisser l’électorat sudiste profondément raciste. Devenu un héros national dont personne ne voulait, Owens deviendra une bête de foire. Il participait à des spectacles où il concourrait en présence d’animaux. A une époque où le sport était principalement amateur, c’était là l’unique moyen pour lui de capitaliser sur sa notoriété pour échapper à la misère.


Par conséquent, il fut banni de la plupart des compétitions sportives ultérieures pour cause de "professionnalisation". Par la suite, il enchaînera les boulots à travers le pays et une vie pleine de rebondissements. Il meurt à l’âge de 66 ans en 1980 des suites d’un cancer du poumon. Il recevra en 1988 à titre posthume la médaille d’or du Congrès.


Un homme ordinaire devenu symbole

Jesse Owens et le Chancelier Willy Brandt se sont rencontrés en marge des Jeux olympiques de Munich en 1972.
Jesse Owens et Willy Brandt en 1972.

La vie de Jesse Owens et ses exploits aux Jeux olympiques de Berlin nous rappellent que l'histoire peut être réécrite pour donner naissance à des mythes fédérateurs, souvent nécessaires à la construction du récit national.


Les quatre médailles d'or remportées en 1936 ne doivent pas occulter le fait que c'est bien l'Allemagne qui triomphe lors des Olympiades. Sportivement, celle-ci occupe la première place au classement des médailles. D'autre part, les Jeux se déroulent dans une atmosphère bon enfant et avec un professionnalisme inédit qui marquèrent les observateurs de l'époque. Ceux-ci passèrent alors sous silence la terreur et les discriminations dans la société allemande. Enfin, rappelons que les Jeux n'avaient pas pour ambition de valider les thèses racistes sur la supériorité de la "race aryenne", mais de faire l'union du peuple autour de son dirigeant. Il s'agissait de donner un sentiment de puissance nationale et obtenir la reconnaissance internationale.


Owens était un homme ordinaire qui s'est découvert et affirmé par le sport. La politique ne l'intéressait pas : seul le sport comptait. Se retrouver dans l'effort et se dépasser pour exister. Cet idéal le mena à se lier d'amitié avec son homologue allemand Luz Long, finaliste sur l'épreuve du saut en longueur.


A la convergence de multiples facteurs historiques, Owens est acteur atypique de son temps. Il était à la fois un athlète phénoménal et un symbole qui le dépasse. A Berlin, il est perçu comme un symbole d'opposition au nazisme, parfois au même titre qu'un Willy Brandt. Depuis 1984, une allée jouxtant le Stade olympique porte son nom.


Pour aller plus loin

171 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout